Accéder au contenu

Net Zéro carbone + Nature : Notre engagement pour le climat

Net Zéro carbone + Nature : Notre engagement pour le climat

Mise à jour du 8 octobre 2021 : Nous avons récemment communiqué des informations sur la réduction de nos émissions internes et sur d'autres aspects de notre programme. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.

Mise à jour du 16 mai 2021 : Cet article a été mis à jour pour refléter l'ajout de deux experts à notre groupe consultatif indépendant.

En tant que scientifique, j'ai travaillé dans des pays comme le Kenya, le Brésil et le Mexique. J’y ai étudié les écosystèmes qui rendent notre planète habitable. Les populations locales m'ont rapporté leurs difficultés à survivre alors même que l’humanité détruit des systèmes les uns après les autres – des récits qui m’ont profondément marquée. En 2009, j'ai fait partie de l'équipe qui a développé la première méthodologie scientifique pour définir des objectifs climatiques, initiant un mouvement qui rassemble désormais plus de 1 000 entreprises.

Aujourd'hui, j'ai la chance de pouvoir combiner mon amour de la science et du divertissement chez Netflix. Mais cette mission suppose l'existence d'un monde habitable. La communauté scientifique internationale s'accorde à dire que nous devons stabiliser le climat et ne pas laisser le réchauffement climatique dépasser 1,5 °C, afin d'assurer des conditions de vie acceptables pour nos enfants. 

Pour contribuer à la stabilisation du climat, Netflix s’engage à atteindre l’objectif Net Zéro carbone d'ici la fin de l'année 2022 et pour les années suivantes. À cet effet, nous avons conçu un plan appelé Net Zéro carbone + Nature. Voici en quoi il consiste :

Étape 1 : RÉDUCTION de nos émissions

Nous allons commencer par réduire nos émissions internes, conformément aux objectifs de l'Accord de Paris. Nous allons également réduire nos émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre (GES) de 45 % d'ici 2030, en accord avec les recommandations du programme Science-Based Targets.

Étape 2 : CONSERVATION d'écosystèmes existants qui stockent du CO2

D'ici la fin de l'année 2021, nous allons neutraliser les émissions qu'il nous est impossible d'éliminer, y compris les émissions du scope 3, en investissant dans des projets qui retiennent le CO2. Nous commencerons par préserver les zones naturelles en danger comme les forêts tropicales, qui sont essentielles à la réalisation des objectifs climatiques mondiaux. 

Étape 3 : ÉLIMINATION du CO2 de l'atmosphère

D'ici la fin de l'année 2022, nous rapporterons toutes nos émissions restantes à zéro en investissant dans la régénération d'écosystèmes naturels essentiels. Ces projets, tels que la restauration de prairies, de mangroves et de sols sains, permettront notamment de séquestrer le CO2.

Comme les plus grands experts sur les enjeux environnementaux tels que Christiana Figueres, nous sommes convaincus que nous n'atteindrons pas nos objectifs climatiques sans protéger et régénérer les écosystèmes naturels.   Cette approche nous permet de gagner du temps pour décarboner notre économie, tout en restaurant les écosystèmes indispensables à la vie sur Terre. 

Le projet Lightning Creek Ranch dans l'État de l'Oregon illustre la mise en pratique de notre démarche : notre investissement contribue à préserver la plus grande prairie de graminées cespiteuses en Amérique du Nord. Au Kenya, nous soutenons le projet Kasigau Corridor REDD+ Project,  visant à protéger des forêts en zone aride qui abritent des centaines d'espèces en danger et offrent aux habitants des sources de revenus alternatives, leur permettant de renoncer à des activités qui dégradent l'environnement comme le braconnage.  

À gauche : Le Oregon Grasslands Project, avec l'aimable autorisation de The Nature Conservancy et Aaron Huey. À droite : Le projet Kasigau Corridor REDD+, avec l'aimable autorisation de Filip Agoo.

Une stratégie fondée sur la science

Notre stratégie est en ligne avec les dernières recommandations de l'université d'Oxford et les critères du programme Science-Based Targets Initiative(SBTi), dont nous reprenons les dix recommandations. Nous avons rejoint le groupe d'entreprises Business Ambition for 1.5°C des Nations Unies, ainsi que le consortium America is All In qui s'engage à agir dans le cadre de l'Accord de Paris.

Notre stratégie a été élaborée sur les conseils de plus de 60 experts, qu'il s'agisse de chercheurs du Lawrence Berkeley National Laboratory, d'experts en énergie renouvelable et en aviation durable d'ENGIE Impact ou de stratèges politiques du Natural Resources Defense Council. Nous avons également formé un groupe consultatifd'experts qui donnent de leur temps pour nous conseiller et nous aider à nous remettre en question.  

Pour découvrir les réactions de certains membres de ce groupe consultatif au programme "Net Zéro carbone + Nature", référez-vous à la fin de ce billet. Pour examiner plus en profondeur les éléments scientifiques et les calculs qui fondent notre stratégie, rendez-vous sur notre blog technique et consultez le rapport ESG 2020 qui établit nos performances environnementales, sociales et en matière de gouvernance.

Comprendre notre empreinte

En 2020, notre empreinte carbone a été évaluée à 1 100 000 tonnes métriques. La moitié (50 %) de cette empreinte provient de la production physique de nos programmes, qu'ils soient gérés directement par Netflix (ex. Minuit dans l'univers) ou via une société de production partenaire (Notre planète, You vs. Wild). Elle comprend également les programmes que nous diffusons sous licence Netflix (La Sagesse de la pieuvre et Les pieds sur Terre avec Zac Efron).

Le reste (45 %) provient des activités de notre entreprise (telles que les bureaux que nous louons) et de nosachats de biens (comme nos dépenses en marketing). Nous dépendons également  de fournisseurs d’hébergement comme Amazon Web Services et du réseau de serveurs de programmes Open Connect pour le streaming de notre service. Ceux-ci représentent 5 % de notre empreinte.

Les émissions liées à la transmission Internet et les appareils électroniques que nos abonnés utilisent pour regarder Netflix ne sont pas incluses dans ces estimations. Les fournisseurs d'accès à Internet et les constructeurs d'appareils contrôlent la conception et la fabrication de leurs équipements*, assumant par conséquent les émissions qui y sont liées.

Ces estimations ont été rendues possibles grâce à notre participation au programme de recherche DIMPACT, qui fait consensus sur la mesure de l'empreinte environnementale du streaming et d'autres usages d'Internet. Les chercheurs de l'Université de Bristol ont développé un outil de calcul qui a permis de conclure qu'une heure de streaming sur Netflix en 2020 est inférieure à 100gCO2e, ce qui équivaut à conduire une voiture essence sur une distance de 400 mètres. Ces résultats sont cohérents par rapport à ceux de nos concurrents et validés par le groupe consultatif indépendant. Carbon Trust publiera un livre blanc sur le sujet au printemps. C’est un pas important, car c’est en développant une meilleure compréhension de l'empreinte environnementale du streaming que nos industries seront en mesure de la réduire efficacement. 

Les histoires au service de la préservation de l’environnement

La préservation de l’environnement est une question cruciale et plusieurs créateurs se sont déjà emparés de cette question. En 2020, 160 millions de ménages dans le monde ont choisi de regarder au moins un film ou un programme Netflix qui les a aidés à mieux comprendre les enjeux climatiques.

À titre d'exemple, 100 millions de ménages ont regardé Notre planète depuis sa diffusion en avril 2019. Cette série documentaire sur l'interdépendance entre les systèmes terrestres et les créatures qui y vivent, porté par la voix off de David Attenborough, a notamment remporté deux Primetime Emmys. Plus récemment, La Sagesse de la pieuvre a reçu une nomination aux Oscars, après avoir remporté deux autres prix.

« Nous devons apprendre à travailler avec la nature, plutôt que contre elle »  explique David Attenborough. Le programme "Net Zéro carbone + Nature" est notre premier pas significatif dans cette direction.

*  Il n'existe pas encore de recommandations pour la prise en compte des GES par les entreprises de streaming sur ce sujet particulier. Conformément au Protocole des GES, la méthode la plus courante d'allocation des émissions à une certaine entreprise plutôt qu'une autre s'appelle "méthode de contrôle opérationnel" (page 18 du Protocole).

-------------

Emma Stewart est la première directrice de l'engagement environnemental chez Netflix, un poste qu'elle occupe depuis octobre 2020. Elle est titulaire d'un doctorat de l'université de Stanford et d'une licence de l'université d'Oxford. Avant Netflix, elle a été directrice au World Resources Institute et responsable des solutions durables chez Autodesk, leader de la conception de logiciels où elle a codéveloppé le tout premier objectif climatique d'entreprise. Elle a ensuite créé le département de R&D chez Business for Social Responsibility. Emma Stewart a participé à de nombreux ouvrages et a enseigné l'"intrapreneuriat pour la durabilité" à UC Berkeley et à l'université de Stanford.

-------------

Réactions de la communauté des experts en durabilité

« La stratégie de Netflix en matière d'engagement environnemental nous réjouit. Nous sommes heureux de voir que Netflix approche la durabilité avec le même esprit de disruption positive que dans le reste de ses activités, affichant l'ambition d'atteindre ses objectifs de zéro émission nette dans le respect du calendrier et de mettre la puissance de sa voix au service de l'éducation et du divertissement pour les citoyens du monde. »-Christiana Figueres, coarchitecte de l'Accord de Paris et cofondatrice de Global Optimism

« Netflix montre comment combiner réduction des GES (carbone noir) et restauration des puits de carbone naturels (carbone vert) à travers une approche scientifique solide. Je crois au changement transformatif qu'ils peuvent apporter en agissant ainsi derrière, mais aussi devant la caméra. » - Dr Johan Rockström, directeur de l'Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique

« L'industrie du film a besoin d'un leader en matière d'action pour le climat. Changer le monde commence par la volonté affichée par une entreprise, qui en inspire d'autres à se joindre au mouvement. Je suis heureuse de voir Netflix assumer ce rôle de leader, informé à la fois par les sciences physiques qui expliquent en quoi nos choix affectent le monde et par les sciences sociales qui expliquent comment changer nos comportements. » - Dr Katharine Hayhoe, directrice scientifique à The Nature Conservancy et professeure agrégée à la Texas Tech University

« Netflix mène le combat de l'action pour le climat en se basant sur un modèle qui combine d’un côté des objectifs de réduction interne conformes aux recommandations scientifiques, et de l’autre des efforts de réduction et d'élimination des émissions grâce à des solutions de préservation de la nature.  Il est crucial que les entreprises trouvent le moyen d'investir dans les écosystèmes les plus vulnérables, car la protection de nos forêts est essentielle dans la lutte contre le changement climatique. » -Kelley Kizzier, vice-présidente climat global à l’Environmental Defense Fund